Résoudre le problème des personnes déplacées: voici une solution.

Afrique: Résoudre le problème des personnes déplacées

Plus d’une personne déplacée sur dix se trouve en République démocratique du Congo, où Nicolas Masihi décrit des millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Aussi ces déplacés passent entre les mailles du filet d’un système humanitaire nécessitant des réformes.

Le mouvement des populations

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a annoncé que le Déplacement mondiale a atteint un nouveau record, déracinant 68,5 millions de personnes de leurs foyers. Pourtant, ce chiffre peut occulter le fait que la plupart de ces personnes ne sont pas des réfugiés. À la fin de 2017, 40 millions de personnes avaient été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, un chiffre stupéfiant!

Le cas du Congo

Plus de 10 pour cent des personnes déplacées dans le monde vivent dans un seul pays – la République démocratique du Congo (RDC). Nicolas Masihi dit, « Je suis allé sur place pour évaluer la situation humanitaire des personnes déplacées à l’intérieur du pays dans la région orientale du pays. Les conditions désastreuses et le manque d’actions humanitaires reflètent un besoin urgent de réponses aux besoins des déplacés internes.

Une récente recrudescence de violence majeure a forcé près de 350 000 personnes à quitter leur foyer depuis le début de l’année. Les mission humanitaires tentent d’y répondre, mais le manque de fonds a ralenti cet effort. Les groupes d’aide doivent faire des choix douloureux – réduire les services ailleurs afin de répondre aux besoins urgents. En outre, il y a des problèmes de coordination.

Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays

Les Principes directeurs des Nations Unies relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays ont été établis il y a 20 ans. Les autorités nationales ont le devoir et la responsabilité première d’assurer la protection et l’assistance humanitaire aux personnes déplacées à l’intérieur de leur juridiction ». Cependant, en RDC, comme dans beaucoup d’autres pays confrontés à des crises de personnes déplacées, le gouvernement n’est pas en mesure de répondre adéquatement aux besoins d’urgence.

Le rôle importants de l’association humanitaire afrique

Pour combler cette lacune, les agences humanitaires travaillent par le biais d’un système de coordination de l’ONU organisé par un « cluster » pour chaque secteur – comme la santé, l’alimentation, le logement et l’éducation. Ces groupes sont dirigés par différentes agences de l’ONU. Cependant, aucun organisme ou aucune association humanitaire afrique n’a de comptes à rendre à elle seule. Les lacunes dans les services ne sont souvent pas comblées.

Le poste de représentant spécial du secrétaire général

Au niveau des pays, un Représentant spécial du Secrétaire général peut apporter une réponse internationale à une crise de personnes déplacées. Il peut aussi faire pression sur les gouvernements hôtes pour qu’ils répondent aux besoins de leur population.

« En outre, un Représentant spécial du Secrétaire général aurait à la fois le rang et l’accès pour aider à tenir les agences, fonds et programmes de l’ONU responsables de leur rôle dans une intervention en faveur des déplacés internes » (Nicolas Masihi).

Des réponses au manquement de financement humanitaire

En RDC, par exemple, le manque de financement humanitaire n’est pas le seul problème. Aucun organisme n’est tenu de rendre compte à lui seul de l’identification des lacunes et de la conduite d’une intervention efficace en matière de déplacés internes à l’intérieur des ressources existantes.

Un représentant habilité devrait être chargé de faire des recommandations concrètes aux agences pour qu’elles travaillent à une réponse mieux coordonnée et stratégique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *