Célébrer les femmes en première ligne des communautés déplacées

Refugees International célèbre les femmes qui travaillent sur les lignes de front du changement dans les communautés déplacées.
Les femmes déracinées par les conflits et les catastrophes naturelles sont confrontées à de nombreux défis. Elles dirigent leurs communautés et se donnent les moyens de surmonter les difficultés.

Des femmes déplacées du monde entier qui ont créé des organisations locales et des petites entreprises. Elles ont défendu les droits de l’homme et élevé des familles dans la dignité et la grâce au milieu de la catastrophe. Voici leurs histoires présentées par Nicolas Masihi.

Les demandeurs d’asile africains à Israël

En 2018, j’ai fait partie d’une équipe de Refugees International qui s’est rendue en Israël pour examiner l’expérience des demandeurs d’asile africains confrontés au risque de détention et de déportation. C’était une période de grande anxiété et d’incertitude au sein de la communauté des réfugiés. Nous avons visité un centre communautaire local qui apportait un soutien aux femmes érythréennes, y compris des cours de langue et des cours de commerce, entre autres. Des femmes nous ont parlé de la prévalence de la violence familiale et de la dépression grave. Ils nous ont dit que les hommes prenaient l’argent de leur famille et fuyaient le pays, laissant les femmes seules pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants. Les femmes ont dit que la plupart des emplois disponibles, lorsqu’elles pouvaient les trouver, étaient dans le secteur du nettoyage. Les mères célibataires partageaient maintenant leur foyer pour économiser de l’argent.

Pour surmonter ces difficultés, ce centre communautaire s’est concentré sur l’autonomisation des femmes réfugiées – et elles l’étaient effectivement. En fait, bon nombre des femmes qui sont venues au centre communautaire pour obtenir de l’aide y travaillent maintenant comme bénévoles. L’équipe du Rotary a quitté les entretiens incroyablement émue par les histoires personnelles que ces femmes ont choisi de partager avec nous. Leur honnêteté, leur force et leur sens de la communauté étaient quelque chose que je n’oublierai pas. Notre plaidoyer vise, comme toujours, à faire entendre leur voix et à influencer les décisions politiques pour le mieux


ANN HOLLINGSWORTH, DIRECTRICE DES RELATIONS GOUVERNEMENTALES ET CONSEILLÈRE POLITIQUE PRINCIPALE – LES FEMMES ÉRYTHRÉENNES EN ISRAËL

Les mères déplacées en Afrique Subsaharienne

Au cours de la dernière année, j’ai eu le privilège de rencontrer certaines des femmes les plus courageuses de certaines des pires crises humanitaires de l’Afrique – des mères. Ces femmes avaient fait des efforts inimaginables pour échapper à la violence et trouver la sécurité et une vie meilleure pour leurs enfants. Je ne vois pas de meilleure façon de commémorer la Journée internationale de la femme que d’honorer ces mères qui s’occupent de leur famille dans les circonstances les plus difficiles.

Au cours d’une mission humanitaire en République centrafricaine, j’ai rencontré une jeune femme qui avait accouché dans un camp de déplacés surpeuplé. Malgré ces circonstances, elle a trouvé une grande joie d’avoir apporté une nouvelle vie au monde et a voyagé quotidiennement dans des régions dangereuses dans l’espoir de trouver du travail pour subvenir aux besoins de son enfant. Pendant notre séjour en République démocratique du Congo, nous avons rencontré Elisabeth qui a vu trois de ses enfants être enlevés par des groupes armés. Pourtant, malgré ce deuil énorme et le manque extrême de nourriture et de services de base, elle continue de trouver des moyens de subvenir aux besoins de ses autres enfants et de les protéger.

Le courage et l’ingéniosité de ces femmes au milieu de l’incertitude et leur joie au milieu de la tristesse étaient profondément inspirants. La maternité est trop souvent un travail ingrat, mais ces femmes méritent notre respect et nos éloges pour leur résilience, leur force et leur débrouillardise face à l’adversité.

ALEXANDRA LAMARCHE, AVOCATE POUR L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Les propriétaires d’entreprises syrienne en Jordanie

En 2016, des membres de la communauté internationale se sont réunis pour signer un pacte visant à aider la Jordanie à accueillir des centaines de milliers de réfugiés syriens. En vertu de l’accord, les donateurs ont donné à la Jordanie plus d’aide et de commerce, et à son tour, la Jordanie devait ouvrir son marché du travail aux réfugiés syriens. En 2018, la Jordanie a délivré près de 50 000 permis de travail aux Syriens. Fait alarmant, seulement cinq pour cent de ces permis de travail sont allés à des femmes.

L’été dernier, je me suis rendue en Jordanie pour voir pourquoi un plus grand nombre de femmes réfugiées ne pouvaient pas entrer sur le marché du travail. J’ai été émue par les nombreuses femmes syriennes ambitieuses que j’ai rencontrées qui assument la responsabilité de prendre soin de leur famille et qui veulent trouver des moyens de gagner leur vie. A Amman, de nombreuses femmes m’ont dit qu’elles avaient voulu créer de petites entreprises pour fabriquer du savon, préparer des repas ou créer des vêtements. Toutefois, les réfugiés syriens qui enregistrent une entreprise à domicile doivent s’associer à un citoyen jordanien, une condition difficile à remplir et qui retient de nombreuses femmes.
En septembre 2018, j’ai publié un rapport demandant au gouvernement jordanien d’abroger cette exigence. Deux mois plus tard, j’ai été ravie d’apprendre que le gouvernement jordanien avait fait exactement cela. L’élimination de cette exigence est un incroyable pas en avant. J’ai hâte de voir comment cela se traduira par la création de leur propre entreprise par des femmes syriennes en Jordanie.

IZZA LEGHTAS, AVOCATE PRINCIPALE – PROPRIÉTAIRES D’ENTREPRISES SYRIENNES EN JORDANIE

Urgence humanitaire à Puerto Rico

Lorsque les ouragans Irma et María ont frappé Porto Rico à quelques jours d’intervalle en septembre 2017, la ville de Loíza a été particulièrement touchée. Cent pour cent de la communauté a perdu l’accès à l’électricité, aux communications et à l’eau potable. Plus de la moitié des maisons ont été endommagées ou détruites, déplaçant un nombre important de personnes.

Mais cela n’a pas empêché Modesta Irarzarry d’agir. Bien que sa famille ait été durement touchée par la catastrophe, Modesta est immédiatement passée à l’action, répondant aux besoins urgents de la communauté et fournissant nourriture, abri et soins médicaux. Au fur et à mesure que la réaction lente et inadéquate du gouvernement américain s’est manifestée dans les mois qui ont suivi, Modesta a continué à se battre au nom de la communauté. Elle a défendu les intérêts des plus vulnérables, y compris les malades, les personnes âgées et celles qui avaient perdu leur maison mais qui se sont vu refuser l’aide de la FEMA.

Modesta s’est associé à une ONG locale basée à Loíza, Taller Salud. Taller Salud est un organisme communautaire de femmes qui se consacre à améliorer l’accès à la santé, à réduire la violence et à favoriser le développement économique par l’éducation et le militantisme. Comme Modesta, Taller Salud a été lui-même transformé par le désastre. Le groupe a embauché d’autres femmes extraordinaires comme Modesta et a élargi ses programmes pour aider les membres de la communauté à s’informer sur leurs droits et leur accès à la justice.


ALICE THOMAS, CONSEILLÈRE PRINCIPALE EN POLITIQUES ET GESTIONNAIRE DU PROGRAMME SUR LES DÉPLACEMENTS CLIMATIQUES, LEADERS COMMUNAUTAIRES À PUERTO RICO

L’histoire de la crise Rohingya

L’histoire de la crise du Rohingya en est une d’immense tragédie. Mais les survivants peuvent être une source d’inspiration extraordinaire. Ce mois-ci, j’ai eu l’honneur de rencontrer une femme nommée Chekufa et son Rohingya Women’s Empowerment and Advocacy Network.

Chekufa et son réseau de 400 volontaires vivent et travaillent dans un méga-camp au Bangladesh qui abrite maintenant des centaines de milliers de Rohingyas qui ont été expulsés de force de leur foyer au Myanmar. Chekufa et ses collègues se sont réunis pour défendre leurs intérêts et ceux de leur communauté, offrir une éducation de base aux enfants et sensibiliser aux dangers de la violence domestique et du mariage précoce.

Au R.I., nous cherchons à faire connaître les histoires des personnes déplacées aux décideurs politiques aux États-Unis et dans le monde entier qui peuvent agir pour faire la différence. Mais ces histoires ont le plus grand pouvoir lorsqu’elles sont racontées par les personnes déplacées et les réfugiés eux-mêmes. C’est pourquoi des groupes comme le Rohingya Women’s Empowerment and Advocacy Network de Chekufa sont si importants. Comme le dit Chekufa, personne d’autre ne peut dire, « Je suis un réfugié Rohingya. »

En construisant un réseau de volontaires dans les camps, Chekufa donne aux femmes une plate-forme pour « élever la voix » et se mettre au centre de la conversation sur leurs besoins et leur avenir.

DAN SULLIVAN, DÉFENSEUR PRINCIPAL DES DROITS DE LA PERSONNE. L’AUTONOMISATION DES FEMMES ROHINGYA AU BANGLADESH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *